Aspects juridiques Quelques mots sur l’adoption Dons d’ovocytes
Questions/Réponses Lexique Adresses utiles

DEMANDER L’AVIS D’UN EXPERT

 

LE DÉROULEMENT D'UNE TENTATIVE DE FIV

Le but de la FIV est de réaliser, en dehors de l’appareil génital de la femme, la « rencontre » entre un ovocyte et des spermatozoïdes, dans le but d’obtenir un embryon qui sera ensuite transféré dans l’utérus.
   
  Pour optimiser le traitement, on essaiera d’obtenir plusieurs embryons, d’où la nécessité de réaliser dans un premier temps une STIMULATION DE L’OVULATION.

Ce traitement médical, qui va durer entre 10 à 15 jours, comprend deux volets différents, mais complémentaires :
   
 
  • la stimulation hormonale par l’apport de FSH exogène administrée sous forme de piqûres sous cutanées, permet la croissance et la maturation de plusieurs follicules, chacun contenant en principe un ovocyte.

    Le traitement médical commence en début de cycle et la maturation folliculaire est contrôlée par deux examens différents :

    • le dosage d’hormone oestradiol, qui est sécrétée par le follicule ovarien et qui témoigne de sa maturation.

    • l’échographie pelvienne qui visualise le nombre, la croissance de la taille des follicules et l’épaississement de l’endomètre (muqueuse qui tapisse la cavité utérine).

    Le rythme de ces contrôles sera dicté par votre médecin, en fonction des résultats de ces deux examens.

  • Afin d’éviter qu’une ovulation spontanée (traduite par un pic de l’hormone LH), qui rendrait caduc le prélèvement des ovocytes, ne survienne, un traitement freinateur de la fonction hypophysaire par les agonistes de la LH-RH peut être prescrit, soit pendant le cycle précédant le traitement de FIV (protocole dit « long »), sous forme intra-musculaire unique ou sous forme sous-cutanée quotidienne, soit pendant le traitement d’induction d’ovulation (protocole dit « court »).
Cette phase freinatrice, dite de « blocage » peut favoriser un recrutement folliculaire synchrone et optimal.

Dans d’autres cas, la prévention des pics de LH est obtenue par l’adjonction en cours d’induction d’ovulation d’antagonistes de la LH-RH administrés de façon unique ou quotidienne, à partir du 6e ou 7e jour de l’induction d’ovulation.
   
  La confrontation des dosages hormonaux et de l’échographie permet à votre médecin d’estimer la date favorable au DÉCLENCHEMENT DE L’OVULATION.

C’est l’Hormone Gonadotrophine Chorionique, désignée habituellement par les initiales HCG, ou hormone recombinante de la LH, qui maturera les ovocytes contenus dans les follicules.

Ce déclenchement d’ovulation serait réalisé entre 20 heures et minuit trente pour une ponction des ovaires qui aura lieu 32 à 38 heures plus tard.
Échographie pelvienne
   
  La troisième étape est le PRÉLÈVEMENT DES OVOCYTES INTRA-FOLLICULAIRES.

Le couple se rendra au Centre où a lieu le traitement.

  • Le recueil du sperme a lieu au laboratoire du service. On vous conseillera une abstinence préalable de trois à quatre jours.

  • La ponction des follicules ovariens a lieu dans un bloc opératoire, sous anesthésie locale ou générale :

    • Le médecin visualise par échographie les follicules ovariens et, à travers la paroi vaginale, sous contrôle échographique, aspire les liquides folliculaires.

    • L’acte dure entre 10 à 20 minutes et demande une courte hospitalisation.

    • Le biologiste analyse au microscope les liquides folliculaires prélevés, compte les ovocytes récupérés, apprécie leur qualité et les place dans un milieu de culture en incubateur à 37°. Le nombre d’ovocytes récupérés dépendra de la « réponse ovarienne » à l’induction de l’ovulation ; cette réponse est variable selon les protocoles médicaux utilisés et l’âge de la patiente.
   
PONCTION FOLLICULAIRE sous échographie
Ponction transvaginale
 
  L’ÉTAPE DU LABORATOIRE débute le même jour que le recueil des gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) :

  • Les ovocytes matures et les spermatozoïdes les plus mobiles obtenus après centrifugation du sperme sont mis en contact dans des conditions de culture précises, de température et d’atmosphère en incubateur.

  • Si la micro-injection intra-ovocytaire (ICSI) a été préalablement choisie comme traitement, le biologiste injectera, sous microscope, dans chaque ovocyte isolé, un spermatozoïde à travers la membrane de l’ovocyte.

  • Le lendemain, si la fécondation a lieu (ce qui survient dans 60 à 70 % des cas), l’ovocyte se présentera sous forme d’une cellule à deux noyaux, ce qui est le stade de 2 pro-nuclei (2PN).

  • Après 48 heures d’incubation, l’aspect de l’œuf fécondé a déjà évolué. Il est constitué de 2 ou 4 cellules, l’embryon est alors apte à être transféré in utero.

   
  LE TRANSFERT DE L’EMBRYON

  • Le couple doit se rendre au Centre d’AMP et décider, en accord avec l’équipe médicale et biologique, du nombre d’embryons à transférer.

  • Le nombre moyen d’embryons transféré en France est légèrement supérieur à deux, selon les lois de bioéthique et sur les recommandations de l’Agence de Biomédecine, afin de diminuer les risques de grossesse multiple.

    Même si pour le couple, la survenue d’une grossesse gémellaire est souvent accueillie favorablement, voire souhaitée, les risques liés à une grossesse triple sont notables, tant pour la mère que pour les nouveaux nés.

    Dans certains cas, un transfert de plus de deux embryons peut être réalisé, de façon argumentée et après information appropriée du couple dont l’accord est bien sûr impératif.

    Les critères de choix du nombre d’embryons à transférer sont l’âge de la patiente, le nombre de tentatives déjà réalisées et les éventuels échecs de transfert embryonnaire, l’aspect morphologique des embryons, la survenue d’une grossesse précédente.

    Le couple doit être informé des chances de succès et des possibilités de grossesse multiple.

  • Des embryons surnuméraires peuvent être cryopréservés : c’est la congélation des embryons, réalisée en accord avec le couple, ce qui permet, en cas d’échec, de pratiquer des transferts embryonnaires ultérieurs, sans avoir à refaire un cycle complet de traitement.

  • Le transfert embryonnaire a lieu généralement au 2e ou 3e jour après le recueil des gamètes. Dans certains cas, une culture prolongée des embryons peut être entreprise et le transfert de l’embryon à un stade plus développé (stade de blastocyste) est fait à J5, après le recueil des gamètes.

 
Embryon fragmenté J4   Embryon fragmenté J3
 
 
Embryon fragmenté J2   Embryon fragmenté J5
   
  La tentative de FIV est ainsi arrivée à son terme.

Votre médecin vous conseillera souvent un repos de quelques jours (notamment en cas de stimulation ovarienne forte).

Un traitement médical de progestérone peut être administré pour favoriser l’implantation embryonnaire ; d’autres traitements, selon les cas et les équipes médicales, peuvent être administrés : hormone œstrogène, aspirine, corticoïdes… dans le même but.

Le médecin vous prescrira un test de grossesse par un dosage plasmatique de l’hormone béta-HCG, 12 jours après le transfert embryonnaire.

Si cet examen n'est pas réalisé à l'Hôpital Américain soyez aimable d'en communiquer le résultat, par téléphone ou fax, au Secrétariat du Centre.

Si le test de grossesse est négatif, il vous sera recommandé de revoir votre médecin en consultation le cycle suivant.

Si le test de grossesse est positif, il devra être confirmé par d’autres dosages de béta-HCG puis par une échographie pelvienne qui confirmera la bonne évolution de la grossesse. Ces deux examens permettront également d’éliminer des accidents d’implantation embryonnaire (grossesse extra-utérine) ou d’évolution inadéquate de grossesse avec le risque de fausse couche spontanée.

 
Accueil
Imprimer
Haut de page
Contact
Mentions légales